Don Giovanni - Mozart



Opéras de Wolfgang Amadeus Mozart

Die Schuldigkeit des ersten Gebotes (1767)
Apollo et Hyacinthus (1767)
Bastien et Bastienne (1768)
La finta semplice (1769)
Mitridate, re di Ponto (1770)
Ascanio in Alba (1771)
Il sogno di Scipione (1772)
Lucio Silla (1772)
La finta giardiniera (1775)
Il re pastore (1775)
Thamos, König in Ägypten (1779)
Zaïde (1780)
Idomeneo, re di Creta (1781)
L'Enlèvement au sérail (1782)
L'oca del Cairo (1783)
Lo sposo deluso (1784)
Der Schauspieldirektor (1786)
Les Noces de Figaro (1786)
Don Giovanni (1787)
Così fan tutte (1790)
La Clémence de Titus (1791)
La Flûte enchantée (1791)

Don Giovanni (K.527, Don Juan, titre complet, Il dissoluto punito, ossia il Don Giovanni) est un opéraDramma giocoso) en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en italien de Lorenzo da Ponte. La première eut lieu au théâtre des États de Prague le 29 octobre1787, où Mozart avait triomphé l'année précédente avec Les Noces de Figaro. (


Personnages 

Francisco d'Andrade comme Don Giovanni (peinture de Max Slevogt)
Francisco d'Andrade comme Don Giovanni (peinture de Max Slevogt)
  • Don Giovanni, jeune gentilhomme (baryton)
  • Leporello, son valet (basse)
  • Donna Elvira, délaissée par Don Giovanni (soprano)
  • Donna Anna (soprano)
  • Don Ottavio, fiancé de Donna Anna (ténor)
  • Le commandeur, père de Donna Anna (basse)
  • Zerlina, paysanne (soprano)
  • Masetto, paysan, fiancé de Zerlina (baryton)

Synopsis 

L'action se déroule à Séville au XVIIe siècle.

Acte I 

Lieu : Séville
Époque : le XVIIe siècle

Le jardin de la maison de Donna Anna. C'est la nuit.
Leporello monte la garde devant la maison dans laquelle Don Giovanni s'est introduit afin de séduire Donna Anna, la fiancée d'Ottavio (Introduction : « Notte e giorno faticar »). Soudain, Donna Anna apparaît avec Don Giovanni. Elle veut savoir qui il est et appelle à l'aide ; lorsque le Commandeur survient, il provoque l'agresseur en duel. Il est frappé à mort par Don Giovanni (« Ah ! Soccorso ! »), qui prend la fuite sans avoir été reconnu. Donna Anna est choquée, et Don Ottavio jure vengeance (Récitatif : « Ma qual mai » ; Duo : « Fuggi, crudele, fuggi ! »).

Une rue près d'une auberge. Le jour se lève.
Don Giovanni et Leporello arrivent (Récitatif : « Orsù, spicciati presto »). Donna Elvira, qu'il a séduite puis abandonnée, apparaît. Don Giovanni ne la reconnaît pas et essaie de lier connaissance (Trio : « Ah, chi mi dice mai » ; Récitatif : « Stelle ! che vedo ? »). Lorsque Don Giovanni la reconnaît, il s'esquive, la laissant avec Leporello, qui essaie de la consoler en lui présentant la liste des conquêtes de son maître (Air : « Madamina, il catalogo è questo »). Elvira fait vœu de vengeance (Récitatif et air : « In questa forma »).

La campagne, le matin.
Une procession de villageois qui préparent le mariage de Masetto et Zerlina apparaît (Duo et chœur : « Giovinette che fate all'amore »). Don Giovanni remarque Zerlina, qui lui plaît, et se débarrasse du fiancé jaloux, Masetto (Récitatif : « La Zerlina senza me non può star » ; Air : « Ho capito »). Dès que Don Giovanni est seul avec Zerlina, il commence à la séduire (Récitatif : « Alfin siam liberati » et Duo : « Là ci darem la mano »).

Donna Elvira les rejoint et emmène Zerlina juste avant qu'elle ne cède (Air : « Ah, fuggi il traditor »). Don Giovanni rencontre alors Anna et Ottavio. Donna Elvira, de retour, les met en garde contre celui qui l'a abandonnée (Quatuor : « Non ti fidar »). Don Giovanni répond à ses reproches en essayant de la faire passer pour folle, sans arriver à convaincre ses interlocuteurs. Après son départ, Anna pense avoir reconnu en Don Giovanni le meurtrier de son père, et raconte l'agression à Ottavio qui décide de la venger (Récitatif : « Don Ottavio, son morta ! » ; Air : « Or sai chi l'onore »). Leporello informe Don Giovanni que les invités pour le mariage sont arrivés, qu'il a réussi à occuper Masetto, mais que le retour de Zerlina a tout gâché. Il a réussi à se débarrasser d'Elvira. Don Giovanni est extrêmement insouciant et joyeux (Air : « Finch' han dal vino »). Il retourne au palais.

Le jardin de la maison de Don Giovanni.
Zerlina suit Masetto et essaie d'apaiser sa jalousie (Récitatif et air : « Batti, batti, o bel Masetto »). Don Giovanni les invite tous les deux au bal. Leporello invite aussi Elvira, Ottavio et Anna, masqués (Sextuor : « Bisogna aver coraggio »).

Une salle de bal chez Don Giovanni.
Trois airs de danse se succèdent : menuet, contre-danse, et danse allemande. Don Giovanni entraîne Zerlina à l'extérieur, tandis que Leporello attire l'attention de Masetto. Lorsque Zerlina crie à l'aide, Don Giovanni joue la comédie en poussant Leporello de son épée, et l'accuse d'avoir voulu séduire Zerlina. Personne ne le croit, et la foule l'encercle, mais il réussit à s'enfuir.

Acte II 

La rue. Il fait nuit.
Leporello veut quitter son maître, mais Don Giovanni le convainc de rester et échange ses vêtements avec lui (Duo : « Va, che sei matto »). Elvira apparaît à son balcon (Trio : « Ah taci, ingiusto core ! ») et Leporello, déguisé, lui chante une déclaration d'amour. Elle le prend pour Don Giovanni et part avec lui. Don Giovanni chante alors une sérénade à la camériste d'Elvira (« Deh vieni alla finestra »).

Surpris par Masetto et ses amis, le faux Leporello envoie les paysans à la recherche de Don Giovanni, puis bat Masetto avant de se sauver (Récitatif et air : « Metà di voi qua vadano »). Zerlina trouve Masetto et le console (Air : « Vedrai, carino, se sei buonino »).

L'entrée obscure de la maison de Donna Anna.
Elvira et Leporello sont rejoints par Ottavio, Anna, Masetto et Zerlina, qui veulent tuer le pseudo-Don Giovanni (Sextuor : « Sola, Sola in buio loco »). Elvira implore leur pitié, et Leporello se démasque. Il demande pitié (Air : « Ah, pietà ! »), et réussit finalement à s'enfuir. Ottavio voit dans ses événements la preuve que Don Giovanni est bien l'assassin du Commandeur, et promet de le venger (Air : « Il mio tesoro intanto »). Restée seule, Elvira admet qu'elle aime encore Don Giovanni et renonce à la vengeance (Air : « In quali eccessi »).

Un cimetière, la nuit.
Leporello raconte les récents évènements à Don Giovanni, qui rit aux éclats. Une voix provenant d'une statue lui demande de laisser les morts en paix. Sur ordre de Don Giovanni, Leporello lit l'inscription à la base de la statue : « Dans ma tombe, j'attends ma vengeance ». Le valet tremble de peur, mais son maître le force à inviter la statue à dîner (Duo : « O statua gentillissima »). La statue hoche la tête et répond « Oui ».

La chambre sombre de Donna Anna.
Donna Anna demande à Don Ottavio de repousser leur mariage, ce qui l'afflige profondément (Air : « Crudele »). Peu à peu, elle s'apaise et lui confirme son amour.

Don Giovanni face au Commandeur, avec Léporello qui se cache derrière lui (portrait du chanteur Francisco d'Andrade par Max Slevogt)
Don Giovanni face au Commandeur, avec Léporello qui se cache derrière lui (portrait du chanteur Francisco d'Andrade par Max Slevogt)

La salle à manger, chez Don Giovanni
Don Giovanni commence son repas, pendant que les musiciens interprètent des airs d'opéra (Finale : « Già la mensa »). Elvira entre, et essaie de convaincre Don Giovanni de se repentir (« L'ultima prova »). Mais ce dernier se rit d'elle (« Vivan le femmine »). En partant, Elvira pousse un cri de terreur. Leporello va voir ce qui se passe et hurle à son tour, car il a vu la statue du Commandeur qui s'approche, et frappe à la porte. Comme son valet refuse d'ouvrir, Don Giovanni s'en charge. Le Commandeur entre (« Don Giovanni, a cenar teco »), mais refuse de s'asseoir à table. Il invite Don Giovanni à dîner, et ce dernier accepte et lui serre la main. La statue lui demande alors de se repentir, mais Don Giovanni refuse. Le Commandeur se retire et Don Giovanni est englouti par les flammes de l'enfer.

Tous les autres personnages entrent, et Leporello leur apprend ce qui vient de se passer. Anna consent à épouser Ottavio après le deuil de son père. Elvira décide de se retirer dans un couvent. Zerlina et Masetto vont se marier, tandis que Leporello veut trouver un meilleur maître (Chœur final : « Questo è il fin »).

Grands airs 

Acte I

- Madamina ! (Aria, dit "Air du Catalogue"), Leporello

- Ho capito, signor si, Masetto

- La ci darem la mano (duo), Don Giovanni, Zerlina

- Or sai chi l'onore, Donna Anna

- Dalla sua pace, Don Ottavio

- Finch'han del vino (Aria, dit "Air du Champagne"), Don Giovanni

- Batti, batti, o bel Masetto, Zerlina

Acte II

- Deh vieni alla finestra (Serenade), Don Giovanni

- Meta di voi qua vadano, Don Giovanni

- Vedrai, carino, Zerlina

- Mi tradi quel'alma ingrata, Donna Elvira

- Non mi dir, bel'idol mio, Donna Anna

Divers 

  • Frédéric Chopin : Variations sur « la ci darem la mano »
  • Mauro Giuliani : Grand potpourri Op. 53
  • Niccolo Paganini :« Là ci darem la mano» Ghiribizzi M43
  • Nino Rota : Fantaisia soppra 12-note del « Don Giovani » per piano e orchestra (1960)


  • L'opéra fait objet d'un film Don Giovanni par Joseph Losey en 1979.
  • L'air de « deh vieni alla finestra » a été repris dans la musique du film Le Maître de musique de Gérard Corbiau (1987).
  • Ce même air a servi dans un spot publicitaire Barilla en 1992.
  • L'air de la scène du commandeur fait partie de la musique de film Amadeus de Milos Forman (1984).
  • Mozart a aussi recyclé la musique du célèbre aria des Noces de FigaroNon piú andraipour Don Giovanni. Cela a été fait en sachant que la musique serait reconnue par l'auditoire l'entendant. Dans le contexte de l'intrigue de Don Giovanni, cet air est joué par une troupe de musiciens qui divertissent le personnage principal lors de son dîner.
  • Le thème initial de l'ouverture de l'opéra est en fait le thème de la scène finale avec le commandeur (Don Giovanni a cenar teco).
  • Dans le film Amadeus de Milos Forman (1984), Salieri, le personnage principal, raconte qu'en fait cet opéra sert à Mozart pour expier ses fautes, en se rendant coupable de la mort de son père, qui a joué un rôle plus que majeur dans sa vie. En effet Don Giovanni (Mozart semble-t-il) est responsable de la mort du père d'Anna (le nom de la sœur de Mozart) qui est commandeur (une position assez importante). Lorsque le commandeur le prie de se repentir, Don Giovanni refuse, causant ainsi le départ du commandeur. De plus Mozart avait déjà retranscrit Don Juan en un opéra : alors pourquoi écrire Don Giovanni ?
  • Dans le film de Claude Chabrol, La Cérémonie (1995), il est diffusé durant la dernière partie et joue un rôle important dans l'intrigue.
  • Même après des centaines d'années, le théâtre des États de Prague a gardé l'assemblage de la scène d'origine de Don Giovanni en place, que l'on peut aussi admirer en une magnifique miniature dans ledit théâtre.
  • Plusieurs anecdotes circulent au sujet de la première, ainsi, l'ouverture aurait été composée la veille de la première: Mozart recevait des amis lorsque l'un d'eux, à minuit lui rappelle qu'il n'a toujours pas écrit l'ouverture de l'opéra qui devait se jouer le lendemain! Mozart feignit l'anxiété et se retira immédiatement dans sa chambre et aidé par sa femme qui lui racontait des histoires pour l'empécher de s'endormir, il termina l'ouverture en trois heures! Quand on sait qu'elle est magnifique à elle seule, c'est sûrement un record!
  • Enfin, nous pouvons dire que cette oeuvre, beaucoup appréciée aussi bien par les amateurs que les professionnels est "l'opéra des opéras" (dixit Richard Wagner).

Liens internes 

  • Don Juan
  • Dom Juan ou le Festin de pierre
  • Don Giovanni (film)Joseph Losey

Bibliographie 

  • Don Giovanni (Philippe Autexier - Éditions Philippe Olivier, 1990)

Liens externes 


 

 

 

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1 vote. Moyenne 0.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×