la famille des clarinettes

Du plus aigu au plus grave :

Clarinette Sib








Clarinette Basse
  • La petite clarinette en Lab : elle est si petite que les doigts se touchent et que l'anche nous fend la lèvre. Elle était employée autrefois dans les Musiques Militaires en Italie (les Bandas). Elle est très rare et pratiquement inutilisée de nos jours bien que certain compositeur comtemporain l'est remis à l'honneur ("Espace déployé" de Gilbert AMY). Sa sonorité est stridente et perçante(il lui reste une marge de manoeuvre de 2octaves vers l'ultra-son).


  • La petite clarinette en Mib : elle est à la quarte au-dessus de la clarinette en Sib mais les sons aigus sont encore plus difficiles à maitriser que sur la SIb. Certains doigtés spéciaux permettent parfois de les sortir avec une justesse à peu près satisfaisante mais les attaquer directement à la bonne hauteur, amples, et ronds relèvent souvent de la prouesse instrumentale. Son intérêt réside plutôt dans son timbre que dans sa tessiture. Elle convient très bien au passages sarcastiques, diablotins, et un petit peu canailles ("Till l'espiègle" de Richard STRAUSS), mais egalement aux passages mélancoliques dans le medium et le grave de l'instrument.


  • La petite clarinette en Ré : des compositeurs comme Richard STRAUSS ou STRAVINSKY l'utilisent mais la plus part du temps les instrumentistes préfèrent jouer ces traits d'orchestre à la Mib en transposant. Elle ne s'utilise, en fait, plus guère que pour les concertos de Molter et ceci est peut-être un peu dommage car le son est plus doux que sur la MiIb (au même titre que la clarinette en LA est plus sombre que la Sib).


  • La clarinette en UT : également tombée en dessuétude bien que là encore bon nombre d'oeuvres soient écrites pour cet instrument comme les opéras de ROSSINI. La sonorité est quelque peu agressive, et les clarinettistes préfèrent transposer en gardant la clarinette Sib.


  • Les clarinettes en Sib : c'est l'instrument le plus employé des clarinettistes et c'est la clarinette avec laquelle on débute. Elle allie virtuosité, chaleur expressive et souplesse de son. Son rôle est capital.


  • Les clarinettes en La : Il n'y a qu'un demi-ton de différence avec sa soeur la Sib mais le son change. La LA est préférerable si l'on veut quelque chose de sombre, de doux, d'intérieur. La Sib est préférerable si l'on veut quelque chose de brillant, direct, pénétrant. C'est pour cela que la LA est beaucoup employée en Musique de Chambre par MOZART, BRAHMS, SCHUMANN mais delaissé pour la Sib dans les concertos de WEBER, de SPOHR etc...
    La clarinette en LA necessite plus d'air, plus de pression que la Sib, et donne un peu une impression d'inertie dans les attaques et les nuances. C'est un très bon moyen de développer sa sonorité pour la Sib. Il est à noter qu'il existe une clarinette en LA spéciale concerto de MOZART appelée la clarinette de basset, et qui descend jusqu'au DO grave (4 notes en plus dans le grave). La version original du concerto de MOZART comprenait certaines notes en dessous du Mi grave,(Do# son réel), limite actuelle de la clarinette en LA actuelle).


  • La clarinette alto en Fa : ancien Cor de Basset. A la quarte en dessous de la clarinette en Sib, sa sonorité est beaucoup plus intravertie. Sa forme recourbée au niveau du pavillon pourrait la faire confondre avec un saxophone. Elle est surtout employée dans les oeuvres de MOZART et en particulier dans son REQUIEM qui commence par un solo de 2 cors de basset.


  • La clarinette alto en Mib : on rencontre cet instrument dans certaines Musiques d'Harmonie (en Hollande par exemple) et dans les ensembles de clarinettes.


  • La clarinette basse en Sib : elle sonne une octave en dessous de la clarinette Sib. Son grave est remarquable, à la fois sombre et caverneux ressemblant un peu à certain registre doux de l'orgue. Son aigu beaucoup moins centré, peut exprimer jusqu'à la violence. Le suraigu quant à lui est beaucoup utilisé en musique comtemporaine pour son effet sub-éthérique, supraterrestre (Michel PORTAL)... Les sons multiphoniques, flatterzung, slap et autres effets foisonnent dans sa litterature comtemporaine.
    Particularité technique : des clefs supplémentaires dans le grave, permettent d'accéder au Mib, et même sur certain modèle à Ré, Do# et Do.


  • La clarinette contralto basse Mlb : elle sonne une quinte en dessous de la clarinette basse. Le registre grave est d'une profondeur sonore extraordinaire, caverneux, lointain. Elle est surtout employée en ensemble de clarinettes.


  • La clarinette contrebasse en Sib : elle sonne une octave en dessous de la clarinette basse. Ses sons graves ressemblent aux sons pédales des grandes orgues avec toutefois la puissance en moins. J'en ai vue une en métal mais elle existe également en bois. La clarinette contrebasse est surtout employée en Musique de Chambre. Elle est surtout employée en ensemble de clarinettes, et lui apporte une assise sonore fantastique.

  • la clarinette octocontrebasse : Un prototype de clarinette octocontrebasse a été fabriqué par Léon Leblanc[16]. Cet instrument était plus grave d'une octave par rapport à la clarinette contrebasse. Elle sonnait comme un jeu d'orgue de 32 pieds. Le projet, très ambitieux de par la taille de l'instrument, a été abandonné.

    5 votes. Moyenne 1.80 sur 5.

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

    ×