Emploi dans les principaux styles musicaux

 

Musique classique

 

La musique de style classique (XVIIIe siècle)

La généralisation de l'utilisation de la clarinette commence au XVIIIesiècle. À cette époque l'instrument est en cours de maturation et des modèles de grandes factures voient le jour. Vivaldi signe les deux premier concertos avec clarinette dès 1716. Rameau l'introduit à l'opéra en France en 1749 pour sa tragédie lyrique Zoroastre.

Instrument d'orchestre, de nombreux compositeurs ont élevé la clarinette au rang de soliste à partir de la période classique, de l'école de Mannheim jusqu'aux contemporains. Les principales œuvres sont des concerto pour clarinette. Ces pièces ont été composés par Franz Krommer, J.M. Molter (Clarinette en ré), W.A Mozart, Ludwig Spohr, Johann Stamitz et Karl Stamitz. On compte également plusieurs concertos pour deux clarinettes, tels que ceux de Karl Stamitz et Franz Krommer.

A cette époque, la clarinette est également utilisée en musique de chambre. C'est le cas dans de nombreuses œuvres de Mozart, telles que le quintette avec clarinette ou le trio avec alto et piano (dit « des quilles »). Mozart utilise également la clarinette pour sa musique d'orchestre. C'est ainsi qu'elle est employée pour des solos importants dans l'opéra « la Clémence de Titus ».

La musique de style romantique (XIXe siècle)

Alors que la période classique avait fait un usage intensif de la clarinette en tant qu'instrument soliste, le XIXe siècle utilisera principalement la clarinette en tant qu'instrument d'orchestre. C'est ainsi qu'elle intervient avec la flûte et le hautbois dans un trio du second mouvement de la cinquième symphonie de Ludwig van Beethoven.

Malgré tout, à cette époque quelques pièces importantes utilisent la clarinette en musique de chambre. Les formations et les œuvres sont variées. On trouve cet instrument dans des trio avec piano et violoncelle (Ludwig van Beethoven et Johannes Brahms), une fantaisie et des sonates avec piano et clarinette (Robert Schumann, J. Brahms) et des formations de quintettes avec cordes de Carl Maria von Weber et Johannes Brahms. Enfin, la clarinette reste utilisée comme instrument soliste de concertos. Carl Maria von Weber lui compose ainsi deux concertos, un concertino et le Grand duo concertant avec piano.

La musique de style moderne (début XXe siècle)

La clarinette est très utilisée dans la musique du début du XXe siècle. Les principaux compositeurs de cette période ont écrit pour l'instrument.

La clarinette est utilisée dans la plupart des formations instrumentales, depuis les pièces pour clarinette seule (Igor Stravinski), jusqu'aux pupitres des bois des orchestres. La clarinette reste un instrument de choix pour la musique de chambre. On compte de nombreuses œuvres pour clarinette et piano (Camille Saint-Saëns, Francis Poulenc, Claude Debussy, Alban Berg). L'instrument intervient avec les cordes dans des trios (Béla Bartók) et des quatuors (Olivier Messiaen)

L'instrument reste utilisé pour des concertos (Carl Nielsen, Aaron Copland sur commande de Benny Goodman) et le rôle du Chat dans « Pierre et le loup » de Sergueï Prokofiev est tenu par la clarinette.

La musique de style contemporain (post-Darmstadt-après 1949)

La clarinette est très appréciée par les compositeurs contemporains. C'est le cas dans :

  • « Sequenza » de Luciano Berio
  • « Domaines », en version pour clarinette solo et en version avec ensemble, « Dialogue de l'ombre double » avec électronique de Pierre Boulez
  • « Ombra » pour clarinette contrebasse de Franco Donatoni
  • « Sonate » pour clarinette seule de Germaine Tailleferre
  • « Génération » concerto grosso pour trois clarinettes et orchestre de Jean-Louis Agobet

Musiques folkloriques et traditionnelles 

La clarinette est représentée depuis la fin du XIXe siècle dans bien des musiques traditionnelles européennes, mais il convient de rappeler qu'il existe aussi depuis fort longtemps de par le monde des clarinettes dites "primitives", ayant les mêmes caractéristiques de productions sonores, mais réalisées dans des matériaux et à l'aide d'une facture plus simple, ainsi de l'arghoul.

Les musiques des Balkans

La clarinette est aujourd'hui, avec le saxophone, l'instrument roi de la musique des Balkans. On la trouve notamment en Bulgarie, en Macédoine (grneta), en Serbie (gërnëte), en Grèce (klarino), et dans le Banat au sud de la Roumanie où elle est colportée par les musiciens tsiganes ou juifs. Elle est présente dans des ensembles chalgia qui jouent dans les noces, les danses (berance) les fêtes de village, et aujourd'hui dans des concerts « modernes » où se marient claviers, batterie, et instruments traditionnels. Elle intègre tout autant les petites formatons grecques koumpania que des duos instrumentaux avec une percussion (daouli ou toumbeleki) où elle joue un rôle de soliste. On la retrouve aussi dans l'accompagnement de la danse çiftetelli. Tassos Chalkias en est un interprète notable.

Devant jouer parfois toute une nuit, le clarinettiste préfère les becs ouverts et les anches faibles. Le son qui en ressort est très caractéristique : embouchure relâchée, vibrato sur les notes longues, détaché léger mais toujours présent, suivant les ornementations des doigts pour obtenir le fameux « Tay-ta », au demi-ton. Afin de produire au mieux ces ornementations, les clarinettistes préfèrent souvent utiliser les systèmes « Full boehm ».

La musique bretonne

La clarinette est présente dans la musique traditionnelle bretonne depuis les années 1850 environ. Le clarinettiste est appelé « sonneur de clarinette », et la clarinette Treujenn goal en breton ("tronc de choux" :la tige des choux à vaches laisse apparaitre un creux lorsque l'on coupe une feuille,celà fait penser aux clés en forme de "cuillère à sel" des clarinettes du XIX siècle ). Elle est traditionnellement jouée en duo, imitant les couples biniou/bombarde ou le kan ha diskan (chant à répondre), en utilisant des effets de tuilage : le premier clarinettiste joue une phrase, le deuxième commence à jouer les dernières notes de la phrase puis la reprend du début. Le répertoire est d'abord axé sur la musique à danser (pour les mariages ou festoù-noz aujourd'hui), mais pas seulement, on trouve aussi des marches, et des tempos lents.

Aujourd'hui, on la trouve dans des formations plus évoluées, telles les groupes de bal ou de concert.

Certains facteurs font aujourd'hui des clarinettes artisanales, sans clefs, généralement en Sol, moins chères et plus faciles d'utilisation.

Le klezmer

La clarinette a supplanté le violon dans la musique yiddish (klezmer).

Folklore en Cantabrie
Folklore en Cantabrie

Des clarinettistes bien connus en la matière sont Naphtule Brandwein, Dave Tarras, Giora Feidman et David Krakauer. Le style de jeu est influencé par la musique grecque et turque, et les chants religieux d'une synagogue. Elle imite souvent le shofar, la voix humaine, et d'autres sonorités non-musicales.

Pito y tambor

En Cantabrie, région du nord de l'Espagne, parmi les styles de musique folklorique, on trouve les « Piteros », duo composé d'une caisse claire (tambor) et d'une clarinette (pito qui donne son nom à ce type formation). Très mobiles, ils se produisent lors des fêtes de village, foires ou pèlerinages. Les thèmes joués, appelés « jotas montañesas » sont sur une base rythmique à 3/4 (à 200 environ à la noire), sur lesquels s'exécutent spontanément des groupes de danseurs improvisés.

Cette clarinette en Mi ♭ (avec un petit nombre de clefs pour les instruments les plus anciens), est appelée alors « requinto ». On notera cependant deux modifications : La clef de douzième est volontairement tordue pour ne plus se fermer. De ce fait l'instrument est toujours dans les registres du clairon ou suraigu ce qui permet au son de porter loin. De plus, l'embouchure est retournée (anche en haut comme sur le chalumeau), ce qui confère un son plus perçant.

Le pito est l'instrument mélodique de la formation. Il peut être remplacé par un fifre parfois.

Dans la province de Valencia, la clarinette tend à remplacer le hautbois dulzaina.

La musique turque

Une clarinette turque
Une clarinette turque

La clarinette est très présente dans la musique turque (klarnet), parfois sous sa forme occidentale, parfois sous la forme d'une clarinette en métal qui la fait ressembler à un saxophone soprano ; la perce reste néanmoins cylindrique contrairement à celle du saxophone, et le son et le comportement restent ceux d'une clarinette, mais avec des effet de glissandi propre aux musiques orientales.

Barbaros Erköse et son frère en sont des interprètes bien connus.

Ailleurs

Elle est de façon générale bien intégrée aux différentes musiques traditionnelles. On la retrouve :

  • en Suède, où, bien que très rarement employée aujourd'hui (Kjell Leidhammar dans Vindvak), elle était aussi populaire que le violon au siècle dernier.
  • dans les musiques centre-France où elle est de plus en plus présente.
  • en Italie du sud, on retrouve de plus en plus souvent la clarinette en métal.

 

Le jazz

Benny Goodman jouant avec son orchestre
Benny Goodman jouant avec son orchestre

La clarinette est un instrument qui se prête bien au jazz. Très utilisée en jazz Nouvelle-Orléans, elle a cédé sa place au saxophone dès l'époque swing et surtout be-bop. C'est surtout la clarinette basse qui a conquis le jazz moderne avec des artistes comme Jimmy Giuffre, Buddy DeFranco, Eddie Daniels, Don Byron, Tony Scott,Michel Portal, Louis Sclavis, Alvin Batiste, Perry Robinson, John Surman et Rolf Khun.

Bien qu'il s'agisse d'une pièce classique, le Rhapsody in Blue de George Gershwin, commence par le très célèbre solo de clarinette, et un glissando ascendant remarquable (Mi au Do suraigu). De même, Aaron Copland composa, en 1943, un concerto dont la cadence centrale ressemble à une improvisation jazz.

On peut citer également : Alphonse Picou, George Lewis, Johnny Dodds, Jimmie Noone, Sidney Bechet, Barney Bigard, Mezz Mezzrow, Benny Goodman, Artie Shaw, Claude Luter, Theo Jorgensmann, Xavier Charles, Sylvain Kassap, Maxim Saury, Jacques Di Donato, John Surman, Marcel Zanini.

Le saxophoniste Art Pepper a laissé également quelques enregistrements à la clarinette. Le saxophoniste Eric Dolphy est également connu pour avoir popularisé la clarinette basse dans le jazz. Les clarinettes sont également utilisées en jazz funk ,ces instruments supportent bien les effets wah wah, et de réverbération.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : wikipédia

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site